Le capitalisme dans la toile de la vie : écologie et accumulation du capital

27 en stock

23,00 

(Frais d'expédition compris pour la france et l'étranger)

UGS : toiledelavie Catégorie :

Description

Jason W. Moore.

Le capitalisme dans la toile de la vie : écologie et accumulation du capital

 

Traduit de l’anglais par Robert Ferro

ISBN : 979-10-96441-14-3 /9791096441143

FORMAT : 14×21.

424 PAGES

PRIX : 23 euros sur ce site ou 20 euros en librairie ( via click and collect en attendant le déconfinement)

Paru le 21/11/2020.

Comment relier les diverses crises qui rythment ce début de XXIe siècle ? C’est de cette interrogation que part Jason W. Moore dans « Le capitalisme dans la toile de la vie, Écologie et accumulation du capital » où il propose une nouvelle synthèse critique s’appuyant sur diverses traditions théoriques ( écologie, marxisme, féminisme) et sur une dialectique rénovée permettant d’aller au-delà des polarisations classiques entre l’homme et la nature. Pour Moore, les crises actuelles sont le signe que le capitalisme en tant que forme d’organisation de la nature, en tant qu’ « écologie-monde », n’est plus en mesure, comme par le passé, de créer ou d’obtenir une nature « à bon marché », qu’il s’agisse du travail, de la nourriture, de l’énergie ou des matières premières. En dressant un long panorama historique et intellectuel des dynamiques qui convergent vers le faisceau de crises actuel, « Le capitalisme dans la toile de la vie » ouvre de nombreuses pistes pour penser l’émancipation d’une humanité saisie comme « humanité dans la nature ».

Jason.W. Moore est historien et géographe de l’environnement et enseigne la sociologie à l’université de Binghamton aux États-Unis. Il est l’auteur et l’éditeur de nombreux ouvrages dont Capitalism in the Web of Life (Verso,2015), Anthropocene or Capitalocene? Nature, History, and the Crisis of Capitalism (PM Press, 2016) et avec Raj Patel, de A History of the World in Seven Cheap Things (University of California Press, 2017). Ces ouvrages, plusieurs fois récompensés par des prix prestigieux, ont été, ainsi que de nombreux articles de l’auteur, traduits dans une dizaine de langues dont le français, ainsi Comment notre monde est devenu cheap: Une histoire inquiète de l’humanité. (Paris: Flammarion, 2018.). Jason W. Moore coordonne actuellement le réseau mondial de recherche sur l’écologie-monde.

« La compréhension de l’humanité en tant que force naturelle nous permet d’établir des nouvelles connections entre la nature humaine, le pouvoir, la production mondiale et la toile de la vie. Dans une époque de transformations étroitement liées les unes aux autres dans l’énergie, le climat, la nourriture et l’agriculture, les marché du travail, l’urbanisation, la financiarisation et l’extraction de ressources, il est impératif de saisir les connexions intimes qui gouvernent les flux de pouvoir, de capital et d’énergie dans la trame de l’accumulation du capital – et ce faisant, il s’agit également de jeter une lumière nouvelle sur les limites de cette trame même. »   (Extrait de l’introduction)

Les derniers articles du site dédié

Materialism and the Critique of Energy

Materialism and the Critique of Energy Édité par Brent Ryan Bellamy et Jeff Diamanti, Chicago, MCM’ Publishing, 2018. ( Librement téléchargeable sur internet) Encore un ouvrage très volumineux ( 700 pages) et varié ( 27 contributions) mais cette fois-ci sur un versant bien plus théorique comme en témoigne l’introduction Brent Ryan Bellamy et Jeff Diamanti…

lire la suite

Crise d’époque ou transition ?

« Nous pouvons considérer ici deux grandes formes de crise écologique mondiale. Il ne s’agit pas de crises « écologiques » au sens cartésien du terme, mais de crises qui signifient des tournants plus ou moins fondamentaux – entre ou au sein de certains modes de (re)production de la richesse, de la nature et du pouvoir.…

lire la suite

Sparking a Worldwide Energy Revolution: Social Struggles in the Transition to a Post-petrol World

Sparking a Worldwide Energy Revolution: Social Struggles in the Transition to a Post-petrol World, Édité par Kolya Abramsky, AK Press 2010. Pas facile de s’y retrouver dans ces près de 700 pages où on compte 59 textes différents d’auteurs d’horizons très variés. Mais si, à première vue, l’ensemble paraît nécessairement, au rythme où vont les…

lire la suite