Titres à paraître

 

Traductions et publications à venir :

Upcoming translations and publications :

PARUTIONS ET COÉDITIONS

 

Afficher l'image d'origine

Afficher l'image d'origine

* Subaltern Studies. Une anthologie.

Textes de Ranajit Guha, Shahid Amin, Ashok Sen, David Arnold et Veena Das.

Essais extraits des volumes II (1983), V (1987), VI (1989) et VIII (1994) des Subaltern Studies, Delhi-OUP.

Traduction de l’anglais par Fred Cotton.

Accompagné d’un site associé de commentaires, de critiques et d’analyses.

Collection Sous les Tropismes.

ISBN : 979 10 96441 02 0. Prix : 16 euros.

A paraître en Septembre 2017.

Oxford University Press India / Karthala-Histoire des Sud.

Le terme Subaltern Studies ne désigne pas une école, mais une série de douze volumes collectifs, parus entre 1982 et 2005, dont l’orientation historiographique vise à rétablir le peuple comme sujet de sa propre histoire. Le titre programmatique donné à la série reprend la terminologie forgée par Gramsci dans ses Cahiers de prison et se nourrit des travaux d’E. P. Thompson ou encore de Rodney Hilton et des tentatives d’ « histoires par en-bas » permettant de contrecarrer la domination de la vision des élites sur l’histoire sociale, en postulant l’existence d’un domaine autonome de la politique du peuple. Nous présentons ici cinq articles emblématiques de la série.

*

https://i1.wp.com/globalcenters.columbia.edu/files/cgc/styles/w275/public/unnamed_7.jpg

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/f/ff/He_Zhen.png* He-Yin Zhen.

La revanche des femmes

– naissance du féminisme chinois –

Écrits extraits du premier journal féministe chinois Tian Yi Bao (Justice Naturelle), publié par la  Société pour la Restauration du droit des femmes à Tokyo, 1907/1908.

Préface de Jean-Jacques Gandini, avocat et écrivain.

Postface de Marine Simon, chercheuse.

Traduction du chinois par Pascale Vacher.

Aide à la traduction et relecture de Pan Whenzu.

Collection Rimanenti.

ISBN : 979 10 96441 03 7. Prix : 13 euros.

A paraître en septembre 2017.

Domaine public.

He-Yin Zhen (environ 1884-ca.1920) fut une théoricienne critique et une figure centrale dans la naissance du féminisme chinois. Contrairement à ses contemporains, elle s’intéressait moins au sort de la Chine en tant que nation et plus à la relation entre le patriarcat, l’impérialisme, le capitalisme et l’assujettissement au genre en tant que problèmes historiques globaux. He-Yin présente une conception alternative qui s’appuie sur l’anarchisme et d’autres tendances radicales. En avance sur son temps, exilée au Japon, He-Yin Zhen complexifie les récits conventionnels du féminisme et de l’histoire de la Chine et du confucianisme, offrant des perspectives originales sur le sexe, le genre, le travail et le pouvoir qui restent toujours aussi pertinentes aujourd’hui. Nous proposons ici la traduction de cinq de ses articles, écrits extraits du premier journal féministe chinois Tian Yi Bao (Justice naturelle) et publiés à Tokyo en 1907, introduits par Jean-Jacques Gandini.

*

Afficher l'image d'origine* Vivek Chibber.

La théorie postcoloniale et le spectre du Capital

(Postcolonial Theory and the Specter of Capital)

Traduction de l’anglais par Christine Vivier.

Accompagné d’un site associé de commentaires, de critiques et d’analyses.

Collection Sous les Tropismes.

ISBN : 979 10 96441 04 4. Prix : 20 euros.

A paraître en novembre 2017.

Verso / Navayana.

La théorie dite « post-coloniale » est de plus en plus influente dans les débats académiques mais aussi politiques et sociaux. Pourtant jamais ses présupposés ne sont interrogés. En s’appuyant principalement sur les œuvres des théoriciens des « Subaltern Studies », Vivek Chibber s’attaque de façon radicale aux arguments fondateurs de cette théorie ainsi qu’à ses dérives essentialistes et ce au nom de la tradition critique issue des lumières et d’un marxisme que d’aucuns voudraient caricaturer en le renvoyant à une orthodoxie fantasmée.

La théorie postcoloniale et le spectre du capital (2013), devenue un jalon historique dans la théorie sociale contemporaine, a suscité un immense débat au Nord comme au Sud, en témoigne la parution de l’ouvrage The Debate on Postcolonial Theory and the Specter of capital (Verso, 2017).

*

 Désir Libertaire

janabiLe surréalisme arabe à Paris 1973-1981

Textes réunis par Abdul Kader El Janabi

Introduction par Marc Kober

Collection Rimanenti.

A paraître en  2018.

Inédit.

 

Abdul Kader El Janabi : Point de repères Introduction : Une révolution poétique sans fin Face à la réalité arabe 

Positions Le Désir libertaire revue du surréalisme interdit chez les arabes – Manifeste de 1975 – Où en sommes-nous avec le surréalisme ? – Ne construisez pas d’édifices, érigez des toits ! – Éditorial pour la deuxième série – L’Age de la vie – De la mémoire, brûlant de tous ses oublis – Visa aux lectures – Une voix hérétique : Qorrat al-Aïn (1814-1854) – Jeux surréalistes Vers la libération du langage – Cadavres exquis – Anti-proverbes – Lexique Imagination – Blasphème – Désir – Manifestes personnels Ghazy Younes : Soupir – Mohammed Awadh : Cet aboiement ne suffit-il pas ? – Farid Lariby : Mes écrits – Tract : Fermez le Livre et ouvrez la fenêtre – Maroine Dib : L’umour : testament L’autre nous-mêmes Edouard Jaguer : Flash pour fantômes – Jimmy Gladiator : Ni dieu ni maitre, sauf maitre Kanter ! – Franklin Rosemont : Puzzle – Jean Pierre Le Goff : L’inconnu du Pacific Hôtel – Pierre Peuchmaurd : Black canary Billets, slogans, aphorismes ! Quatre étranges cavaliers : Farid Lariby – Ghazi Younes – Abdul kader El Janabi  Maroine Dib – Annexe Le Nil du surréalisme: le groupe Art et Liberté (1938-1952)

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine* Peter Linebaugh.

Les pendus de Londres.

Crime et société au dix-huitième siècle

(The London Hanged: Crime and civil society in the eighteenth century)

(en coédition avec le CMDE, Collectif des métiers de l’édition).

Traduction de l’anglais par Elsa Quéré et Fred Cotton.

Accompagné d’un site associé de commentaires, de critiques et d’analyses, ainsi que de ressources musicales et numériques.

Collection Par le bas.

A paraître en 2018.

Verso.

Au dix-huitième siècle à Londres, le spectacle d’une pendaison n’était pas simplement une façon de punir les criminels. Au contraire, il servait le but le plus sinistre – au profit de la classe dirigeante privilégiée – celui d’obliger la population pauvre de Londres à accepter la tyrannie des droits coutumiers et des nouvelles formes de propriété privée. La nécessité et la survie obligeant les pauvres de la ville à entrer en conflit frontal avec les nouvelles lois sur la propriété, tous les hommes et femmes de la classe ouvrière de Londres avaient de bonnes raisons de craindre l’exemple du Triple Tree de Tyburn. Linebaugh montre que la peine de mort est utilisée non pas comme un moyen de dissuasion contre la sorcellerie et la trahison (comme dans les temps antérieurs) mais comme une réponse spécifique aux nouveaux droits de propriété. Peter Linebaugh use d’arguments originaux et d’un tableau impressionnant de sources historiques examinant de près les dossiers de tous ceux qui ont été pendus à Londres au cours du XVIIIe siècle, pour montrer qu’à mesure que la tendance à la peine capitale s’intensifie la propagation du capitalisme mondial entraîne le passage d’une économie de libre-échange à une économie monétaire et l’émergence d’une société qui s’expand, où Londres engloutit le bétail, les produits étrangers et les produits domestiques en quantités, en imposant d’énormes contraintes à la main-d’œuvre, à la terre et même au capital. Mais il faut retenir aussi la fascination d’une classe entière qui célébrait ces vies criminelles, incontrôlables et picaresques, et des figures comme Jack Sheppard, qui put s’échapper pratiquement de n’importe quelle prison où il fut jeté, et tint tête à la Loi et à ses Maîtres. L’œuvre de référence de Peter Linebaugh, examine l’histoire de bas en haut, plutôt que de haut en bas, comme cela s’impose à tout collaborateur d’ E.P. Thompson (La formation de la classe ouvrière anglaise). Cette histoire pionnière est devenue incontournable pour toute compréhension de la montée du capitalisme.

*

  Afficher l'image d'origine
* Beverly J. Silver.

Forces du travail.

Les mouvements ouvriers et la globalisation depuis 1870.

(Forces of Labor. Workers’ movements and globalization since 1870)

Collection La cause est l’effet.

A paraître en  2018.

Arrighi Center for Global Studies – Baltimore.

Refondant les études sur le travail à partir d’un cadre historique et mondial, Beverly Silver s’appuie dans ce livre de 2003 sur une importante base de données et d’études des conflits dépendants du travail à travers le monde pour montrer comment les mouvements ouvriers locaux ont été liés à des processus politiques, économiques et sociaux en cours à l’échelle mondiale depuis la fin du XIXe siècle. Grâce à une analyse empirique approfondie des industries globales sélectionnées, elle démontre comment les principaux lieux de troubles ouvriers ont changé d’un pays à l’autre en même temps que les changements dans la localisation géographique de la production. Elle montre comment les principaux lieux de troubles du travail ont évolué au fil du temps, parallèlement à la montée ou la décroissance de nouveaux secteurs avancés du développement capitaliste et démontre que les mouvements de main-d’œuvre ont été profondément intégrés (à la fois comme cause et comme effet) dans la dynamique politique mondiale. Le livre se conclut sur l’exploration des formes probables que prendront les mouvements ouvriers émergents au XXIe siècle.

*

* Sandro Mezzadra, Brett Neilson.

Border as Method, or, the Multiplication of Labor

Traduction de Julien Guazzini.

Collection La cause est l’effet.

A paraître en  2018.

Duke University Press.

Loin de créer un monde sans frontières, la mondialisation contemporaine a engendré une prolifération de frontières. Dans Border as Method, Sandro Mezzadra et Brett Neilson illustrent cette prolifération, en étudiant ses implications pour les mouvements migratoires, les transformations capitalistes et la vie politique. Ils explorent la violence atmosphérique qui entoure les frontières et les luttes frontalières à travers diverses échelles géographiques, illustrant leurs arguments théoriques avec des études de cas éclairantes tirées d’Europe, d’Asie, du Pacifique, des Amériques et d’ailleurs. Mezzadra et Neilson abordent la frontière non seulement comme un objet de recherche mais aussi comme un cadre épistémique. Ce sont les frontières entre les États, mais aussi les frontières qui définissent les zones de libre échange, les milieux socio-économiques, les régimes du travail ou les frontières séparant divers groupes qui franchissent la frontière. Leur utilisation de la frontière comme méthode, où les frontières, comme des chaînes, nous limitent et nous lient les uns aux autres, permet de nouvelles perspectives sur la crise et les transformations de l’État-nation, ainsi que de puissantes réévaluations de concepts politiques tels que la citoyenneté et la souveraineté.

*

Moore_-_capitalism_in_the_web_of_life-max_221* Jason W. Moore.

Capitalism in the Web of Life : Ecology and the Accumulation of Capital

https://editionsasymetrie.files.wordpress.com/2016/05/795f6-1448383445519.jpg?w=82&h=124

Collection La cause est l’effet.

A paraître (on l’espère) en  2018.

Verso.

La finance. Le climat. L’alimentation. Le travail. Comment les crises du XXIe siècle sont-elles liées ? Dans Capitalism in the web of life, Jason W. Moore soutient que les sources des turbulences mondiales aujourd’hui ont une cause commune : le capitalisme comme moyen d’organiser la nature, y compris la nature humaine. S’appuyant sur la pensée écologiste, féministe et marxiste, Moore propose une nouvelle synthèse révolutionnaire : le capitalisme comme une « écologie-monde » de la richesse, du pouvoir et de la nature. La plus grande force du capitalisme – et la source de ses problèmes – est sa capacité à créer des Natures bon marché : travail, nourriture, énergie et matières premières. Cette capacité est maintenant remise en question. Repensant le capitalisme au prisme d’une dialectique renouvelée de l’humanité dans la nature, Moore amène les lecteurs dans un voyage de la montée du capitalisme à la mosaïque moderne de la crise. Capitalism in the web of life montre comment la critique du capitalisme dans la nature (plutôt que celle du capitalisme et de la nature) et la clarification du débat entre capitalocène et anthropocène sont essentielles pour comprendre notre situation et poursuivre la politique de libération dans le siècle à venir.

Jason Moore est aussi le préfacier de l’ouvrage Anthropocene or Capitalocene? Nature, History and the Crisis of Capitalism, PM Press, Oakland, CA, 2016.

Evgueni Pasukanis

 La théorie générale du droit et le marxisme

Traduction et présentation de Jean-Marie Brohm

Collection Réverbération

A paraître en 2018.

EDI / Éditions de l’Atelier.

La théorie de l’État et du droit est un élément essentiel de la conception scientifique de la société capitaliste et postcapitaliste. Pourtant, depuis plus d’une quarantaine d’années, il n’est guère de sujet qui ait été plus maltraité par les marxistes ou ceux qui se disent tels. Alors que Marx et après lui Lénine s’étaient acharnés à démontrer que les formes juridiques et étatiques et pas seulement leur contenu (la matière sociale organisée), étaient des formes liées, c’est-à-dire spécifiques, à une société de classe déterminée, la société capitaliste, les commentateurs du marxisme officiel ont tout fait pour présenter les formes juridiques et étatiques comme des instruments de caractère technique ou neutre. Si c’est la volonté de la classe dominante qui donne leur contenu à ces formes et à ces rapports, il suffit de substituer à un personnel politique et judiciaire bourgeois un personnel d’origine prolétarienne ou petite bourgeoise. La « volonté de la classe dominante » dont, bien sûr, la bureaucratie se réserve l’interprétation, peut alors justifier le déchaînement répressif du droit bourgeois sans bourgeoisie et de l’Etat bourgeois sans bourgeoisie, baptisés droit socialiste et État socialiste.

   Malgré la longue prédominance de l’interprétation stalinienne du marxisme dans le mouvement ouvrier, Pasukanis, bolchevik dès 1912, juriste soviétique le plus éminent de la génération révolutionnaire et théoricien le plus influent du dépérissement de l’État, éliminé en 1937, réfute de façon très efficace les conceptions qui font du droit une technique (le normativisme et le positivisme) et se refusent à voir en lui un ensemble de rapports, de formes et d’idéologies fonctionnels à un certain contexte social. Sous le féodalisme, le droit formellement égalitaire était recouvert, enveloppé par le système des privilèges attachés à des individus ou à des groupes, sous le capitalisme il parvient à son plein épanouissement, mais dans la société de transition vers le socialisme il est appelé à disparaître graduellement au fur et à mesure que dépérissent les rapports capitalistes et marchands. Voilà, à grands traits, la théorie du droit que défend Pasukanis et qui, aujourd’hui encore, reste essentielle pour développer une théorie générale des rapports et des formes juridiques.

*

E-BOOK

* Solidaires athées. Anthologie

Le blog Solidaires athées https://solidairesathees.blogspot.fr/ cesse ses activités mais une partie de ces matériaux (interviews, traductions, working et position papers, dossiers…) seront repris et amplifiés dans un e-book Athées des Sud. Témoignages et éléments de contexte  qui paraîtra en novembre 2017.

Cet e-book sera disponible sur demande et offert pour l’achat d’un exemplaire papier ou numérique (plate-forme CAIRN) de l’ouvrage Pourquoi je suis athée de Bhagat Singh. Asymétrie. 2016.

*

deco site - copie 8

Également en diffusion trilingue :

Wages for Students | Sueldo para estudiantes | Des salaires pours les étudiants

Wages for Students
Sueldo para estudiantes

Des salaires pour les étudiants

Written by the ‘wages for students’ students /

Edited by Jakob Jakobsen, María Berríos and Malav Kanuga

 

We are fed up with working for free. We must force capital, which profits from our work, to pay for our schoolwork. Only in this way can we seize more power to use in our dealings with capital. // Estamos hartos de trabajar gratis. Debemos forzar al capital, que lucra con nuestro trabajo, a pagar por nuestro trabajo estudiantil. Sólo de esta manera lograremos alcanzar el poder que necesitamos para lidiar con el capital. // Nous en avons assez de travailler gratuitement. Nous devons obliger le capital, qui tire profit de notre travail, à payer pour notre travail scolaire. Voilà notre seul moyen de nous saisir d’un plus grand pouvoir dans nos tractations avec le capital.

Wages for Students was published anonymously by three activists in the fall of 1975. It was written as “a pamphlet in the form of a blue book” by activists linked to the journal Zerowork during student strikes in Massachusetts and New York. Deeply in influenced by the Wages for Housework Campaign’s analysis of capitalism, and relating to struggles such as Black Power, anticolonial resistance, and the antiwar movements, the authors fought against the role of universities as conceived by capital and its state. Wages for Students was an affront to and a campaign against the neoliberalization of the university, at a time when this process was just beginning. Forty years later, the highly profitable business of education not only continues to exploit the unpaid labor of the students, but now also makes them pay for it. Today, when the student debt situation has us all up to our necks, and when students around the world are refusing to continue this collaborationism, we again make this booklet available “for education against education.” Wages for Students was anonymously authored and published in the fall of 1975 by George Caffentzis, Monty Neill, and John Willshire-Carrera, three activists associated with the journal Zerowork and later with the Midnight Notes Collective. This new trilingual edition includes an introduction by the original authors and is edited by Jakob Jakobsen, María Berríos, and Malav Kanuga.

Collective Spanish translation: Catalina Valdés, Carlos Labbé, Mónica Ríos, Romina Pistacchio, Constanza Ceresa, Javier Osorio, Catalina Donoso. Special thanks to Carolina Alonso Bejarano for editorial assistance and Edison Pérez for Spanish proofreading.

Collective French translation : Alphonse Girard – Fred Racine of Éditions de l’Asymétrie and Paulin Dardel of Éditions CMDE. Special thanks to Adrien Tournier of Éditions Entremonde and Gabrielle Gérin for editorial assistance.


PRODUCT DETAILS :  Author: ‘Wages for Students’ Students
(Introduction) George Caffentzis, Monty Neill, and John Willshire-Carrera (editors) Jakob Jakobsen, María Berríos, and Malav Kanuga. Publisher: Common Notions
ISBN: 978-1-942173-02-1 Published September 1, 2016, 224 Pages
Subjects: Social Movements / Education

logo general